Festival des étoiles et des ailes

Au festival des étoiles et des ailes à la cité de l’espace (Toulouse) a lieu ce WE le dernier Open multirotor organisé par la FFAM ainsi qu’une conférence intitulée

Drones, l’invasion… Comment surveiller et réguler ces engins volants qui envahissent notre ciel ?

à laquelle j’ai assisté et dont le contenu n’était pas tout à fait en rapport avec son titre un peu pompeux.

En effet, des trois secteurs relatif au drone (militaire, professionnel, loisir) le premier à été majoritairement débattu et est régulièrement revenu tout au long de la séance d’une heure et demi mais voici en substance les quelques aspects concernant les activités civiles.

Côté professionnel il faudra très probablement compter avec de nouveaux équipements tels que des transpondeurs pour identifier plus facilement les aéronefs, le but n’étant pas nécessairement de fliquer mais d’ôter le doute d’une potentielle menace et de permettre de placer les bases à d’autres systèmes tels que ceux d’évitement pour se prémunir des risques de collision. D’un autre côté, aucune amélioration notable n’est a espérer du côté des formations dans un proche avenir.

L’aspect aéromodélisme n’a été que très peu évoqué mais les principales informations à retenir sont d’une part la parution très prochaine de nouveaux décrets régulant l’usage des drones civils dans les deux domaines (loisir et pro). Dans ces nouveaux textes la limite des 50m sera manifestement de rigueur au détriment de tous les aéromodélistes qui ne voleront pas sur un terrain identifié. Le président de la FFAM semble ne pas être opposée à la généralisation des transpondeurs tant qu’ils sont techniquement compatibles aux applications concernées et financièrement abordable (n.d.r., ils vont être content à la tour quand ils vont voir apparaitre des dizaines de spots dans les TMA).

Malgré une durée importante je regrette de n’avoir pu poser toutes les questions qui me brulaient les lèvres et il est également dommage qu’aucun représentant de la DGAC ne fut partie des invités. Le sentiment que m’a inspiré cette conférence est que, exception faite des drones militaires qui n’entrent pas dans le même giron, le drone civil professionnel accapare toute les réflexions et, bien que la FFAM soit représentée, les aéromodélistes ne sont que la cinquième roue du carrosse, probablement parce que les enjeux commerciaux n’ont pas la même ampleur.

Je n’ai malheureusement pas pu assister aux courses FPV d’une part en raison du chevauchement de la conférence et d’autre part dû au fait qu’un seul pilote évoluait sur la toute petite piste d’environ 5m sur 10 lorsque je suis arrivé. Outre le manque de participants et d’après une de mes connaissances, les nano racers issus de la créathèque, prêtés pour l’occasion, auraient vu leurs moteurs rendre l’âme les uns après les autres … moi qui ait failli participer au projet participatif j’ai bien fait d’hésiter.

20151114_151329_stitch_mid

La journée déjà passablement sombre s’est donc achevée sur une note quelque peu décevante. Je retourne visiter la cité de l’espace demain avec la famille pour profiter des autres animations du festival et nous ferons peut-être un détour sur la piste du FPV Race au cas où les machines aient pu être réparées/remplacées.

 

3 commentaires sur “Festival des étoiles et des ailes

  1. Ouep… Les moteurs ont grillé juste avant de tester les machines… On était vert…
    Mais bon, on a tous apprécié de rencontrer la team Further. Vraiment des gars super sympas.
    On a eu plusieurs potins sur la FFAM en discutant aussi avec Frédéric Theurel, chef d’équipe de la FFAM et aussi Monsieur FPV Racing de la fédé…
    Notre président (Bruno Delor) essaie de récupérer les fréquences basses sur le 5.8 Ghz pour permettre de voler à plusieurs plus simplement… Réunion avec l’ARCEP sous peu.
    Il semblerait que le 24/25 septembre 2016, il y aura un meeting à Francazal et les militaires pourraient mettre à dispo un hangar ou en extérieur pour une course FPV… Donc faudra voir qui va l’organiser….

  2. J’y suis passé samedi.
    Effectivement les gars présents étaient très sympa, j’ai un peu discuté avec eux à la fin de journée, où ils ont prêté un casque à mon fils pour qu’il regarde évoluer le dernier Quad.
    Pour les moteurs des NanoRacer, ce que j’en ai retenu, c’est qu’ils ont grillé car les vols se sont enchainés sans les laisser refroidir entre 2 batteries… se sont pas des Brushless, ça grille plus vite.
    A part çà j’ai pu en voir voler un et çà donne bien envie.
    Moi j’aurai bien voulu rencontrer les gars de la Créathèque pour discuter avec eux de leur NanoRacer, j’étais bien tenté de m’en prendre un, mais mon soucis se situe sur le récepteur radio intégré à la carte mère et pas compatible avec ma radio, sans que je doive la modifier… Donc je vais me tourner sur une solution DIY, on trouve des forum où certains ont construit leur propre Nano du même type (mais la facture semble plus lourde, on passe de 140 à 200€ , d’après un des gars présent qui m’a montré son propre engin). En tout cas les NanoRacer semblent être une bonne solution pour voler en intérieur, avec une sensation égale à un Quad 250 en extérieur, car même les quad « classique » en 150 semble bien trop puissant pour des petits espaces type salle des fêtes ou de sport.

    Faut que je vois pour me faire des AirGate sur le même modèle que ceux présent dans la salle, a réaliser en plus grand pour des 250. Ceux là sont très simple à réaliser, surtout niveau couture. Me reste plus qu’à aller voir se que je trouve comme arceaux de tente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *